Laëtitia : J’attends la réponse de mon géniteur

Je m’appelle Laëtitia, j’ai 37 ans et 3 enfants.

Cela fait 20 ans que je connais mon mode de conception et que je m’interroge sur cette autre moitié de moi.

Il y a 10 ans j’ai contacté l’association PMAnonyme. J’étais ravie d’enfin trouver des personnes nées comme moi, et qui me comprenaient. J’ai assisté à 2 ou 3 réunions puis j’ai suivi l’asso de loin…

En novembre 2017 une personne de PMAnonyme avec qui j’avais gardé contact m’a dit qu’il y avait une chance de retrouver mon géniteur grâce aux tests ADN.

Décembre 2017, je commande mes tests sur 23andme et AncestryDNA.

Février 2018, premiers résultats AncestryDNA, des cousins au 4ème degré mais rien de bien exploitable.

20 mars 2018, gros match sur AncestryDNA avec Amandine, une Française, cousine au 2ème degré, ce qui voulait dire que le donneur était un cousin ou un oncle d’un de ses parents.
J’écris un mail à cette fameuse cousine qui vit aux USA. Elle me dit qu’elle est ravie d’avoir découvert une cousine au 2ème degré, qu’il existe un arbre généalogique créé du côté de sa mère (qui d’après nos origines serait plus susceptible d’être notre lien) et qu’elle va me l’envoyer pour savoir d’où nous sommes liées. Mais ensuite plus de nouvelles.

Le 5 mai, Diana (une membre de l’association, passionnée par la généalogie) retrouve Amandine sur les réseaux sociaux. J’envoie un mail à Amandine et nous commençons à correspondre.

Le 28 mai, j’ai la maman d’Amandine au téléphone. Je lui apprends ma conception, et que je recherche mon géniteur qui est donc une personne de sa famille. Elle me dit qu’elle est psychologue et me pose des questions sur les raisons de ma recherche et ce que cela pourrait m’apporter. Mes réponses ont dû la satisfaire car elle accepte alors de m’aider et on se promet de se rappeler dans quelques semaines. Grâce aux quelques informations que nous avons échangées, Diana commence à créer l’arbre généalogique de cette famille.

Le 10 juillet, n’ayant pas de nouvelles, je prends mon courage à deux mains et décide de l’appeler. Elle m’annonce que mon géniteur a été retrouvé mais que si je l’appelle, elle, aujourd’hui, c’est que lui ne m’a pas contactée car mes coordonnées lui ont été transmises. Elle est déçue pour moi mais ne sait même pas elle-même qui il est. Elle sait juste que c’est un de ses oncles mais ils sont au moins 6 candidats potentiels donc, sans plus d’informations, je ne peux pas savoir lequel est-ce exactement.

Grâce à l’arbre généalogique créé par Diana je connais au moins le nom de mes grands-parents génétiques et, d’après ma cousine génétique, qu’il y a beaucoup de diabétiques dans sa famille et de personnes qui ont les yeux bleus (comme mes 3 enfants, contrairement à nous leurs parents).

Trois mois se sont écoulés depuis et je n’en sais toujours pas plus. J’ai écrit une lettre à l’attention de mon géniteur ou d’une personne de la famille qui est au courant pour tenter d’avoir au moins des informations médicales ou physiques mais personne n’a donné suite encore.

A cause du secret et de l’anonymat, je ne pensais pas arriver si vite si près du but. Merci aux tests ADN d’exister afin que je puisse remplir une partie de cette autre moitié de moi et de mon arbre généalogique, pour mes enfants et mes futurs descendants.

Merci à l’entraide, au soutien des personnes de cette association.

Mon conseil pour les personnes conçues par don de gamètes qui sont toujours à la recherche de leurs origines : surtout, gardez espoir !

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/08/16/des-enfants-nes-par-don-de-gametes-percent-le-secret-de-leurs-origines_5342871_3224.html