Conseils pour les parents : pourquoi et comment révéler à vos enfants devenus adultes qu’ils ont été conçus par don de gamètes

Page actualisée en mai 2018
Vous pouvez télécharger au format PDF le contenu de cette page.

Cet article reprend une publication de l’autorité administrative responsable de la PMA de l’Etat australien de Victoria. Cette autorité publie des conseils à destination des parents, pour les aider à dire à leurs enfants devenus adultes qu’ils ont étés conçus par don.
L’original, en anglais, est disponible ici :
https://www.varta.org.au/resources/blogs/telling-your-adult-child-they-are-donor-conceived

 

Bien que ce ne soit plus le cas aujourd’hui, les parents ayant recours à la PMA avec tiers donneur ont longtemps été encouragés par les médecins à garder le secret vis-à-vis de leurs enfants. On sait aujourd’hui que cette approche était contraire aux intérêts de l’enfant.

Il peut être difficile pour les personnes issues de don de gamètes de découvrir leur mode de conception à l’âge adulte ; cependant les personnes pour qui cela a été le cas déclarent en majorité préférer qu’on leur ait dit la vérité. Ces adultes affirment également que leur père, leur “papa”, est toujours leur père. Ils comprennent que leurs parents ont eu besoin d’une aide à la procréation, qu’ils ont été très désirés, et qu’on a conseillé à leurs parents de ne rien dire. Ils déclarent également que s’ils avaient pu choisir, ils auraient préféré apprendre la vérité sur leur mode de conception de leurs parents plutôt que d’un tiers.

Les parents doivent donc être rassurés sur le fait qu’ils ont raison d’informer leur fils ou leur fille sur la façon dont leur famille s’est formée. Cependant il peut être difficile pour eux de dire la vérité à leur enfant devenu adulte après avoir gardé le secret pendant tant d’années. Les parents qui ressentent de l’appréhension ne doivent pas hésiter à demander de l’aide à un psychologue. Il peuvent aussi échanger avec d’autres parents qui ont vécu cette expérience. Dans l’Etat australien de Victoria, cette mise en relation avec d’autres parents est assurée par l’autorité administrative gestionnaire de la PMA. En France, les parents peuvent prendre contact avec l’association PMAnonyme, qui compte parmi ses adhérents des parents dans ce cas et qui a créé un espace de discussion dédié au parents (Responsable de l’accueil des parents : Mme Astrid Bénard – contact@pmanonyme.asso.fr).

 
Pourquoi le dire ?

Garder un secret tout au long d’une vie peut être un lourd fardeau. Les secrets ont souvent tendance à remonter à la surface de manière inattendue et incontrôlable. Les personnes issues de don qui découvrent la vérité dans des circonstances difficiles peuvent avoir le sentiment d’avoir été trompées et trahies, même si ce n’était pas l’intention de leurs parents. En outre, il peut être dévastateur pour ces personnes d’apprendre la vérité de quelqu’un d’autre que leurs parents.

Par ailleurs, la popularité grandissante des tests ADN récréatifs signifie que ce type de secret devient beaucoup plus difficile à conserver. Des personnes issues de don découvrent la vérité en commandant l’un de ces tests auprès d’une société privée comme 23andme ou Ancestry.com. En recevant les résultats du test, elles découvrent qu’elles ne sont pas liées génétiquement à leur père, par exemple parce que la base de donnée de la société leur révèle qu’elles ont un demi-frère ou un parent proche qui n’appartient pas à leur famille connue. Les personnes issues de don peuvent alors s’imaginer qu’elles sont le fruit d’une infidélité.

 
Comment le dire ?

Choisissez une période propice. Réfléchissez à l’avance à ce que vous voulez dire. Vous pouvez éventuellement répéter pour vous donner de l’assurance. Si vous êtes plus à l’aise avec l’écriture, vous pouvez écrire une lettre que vous donnerez à votre fils ou à votre fille pour la lire avec vous, et en discuter ensuite.

Demandez à votre enfant de vous pardonner de ne pas avoir lui dit la vérité plus tôt. Expliquez-lui que les choses étaient différentes à l’époque où vous avez eu recours au don, et que le personnel médical vous a conseillé de ne pas lui dire la vérité sur ses origines.

Si vous avez plusieurs enfants, il est préférable de leur dire la vérité ensemble plutôt que séparément. Il est également souhaitable que l’autre parent soit présent lors de cette discussion, même si vous êtes séparés. Si cela n’est pas possible, prévenez votre ex-conjoint pour qu’il puisse être préparé.

Il peut également être préférable d’avoir cette discussion chez vous ou chez votre enfant plutôt que dans un endroit public ou inconnu. Si cela vous rassure, faites appel à quelqu’un pour débriefer une fois la conversation terminée. Vous pouvez également prévoir la présence d’une autre personne pour soutenir votre enfant.

Après la révélation, il est important de prendre des nouvelles de votre enfant car celui-ci aura sans doute besoin de temps pour prendre la mesure de ce qu’il aura appris. Nombreux sont les parents qui sont tentés de ne plus jamais en reparler une fois qu’ils ont dit la vérité. Pourtant il est important pour votre enfant que ce ne soit pas qu’une discussion unique. Votre enfant aura sans doute envie d’en parler à nouveau dans le futur.

Une fois que votre fils ou votre fille connaîtra son mode de conception, il ou elle voudra peut-être essayer d’en savoir plus sur son donneur. C’est une curiosité normale, et connaître l’histoire médicale du donneur peut également s’avérer utile. Il ne s’agit pas d’une remise en cause de votre place de père ou de mère, et il est important que vous souteniez votre enfant quel que soit son choix.