Emmanuelle : Se reconnaître enfin

Dans un podcast de Slate, Stéphanie raconte son histoire. Un document profondément touchant et passionnant, que vous pouvez écouter ici, et dont vous trouverez un extrait retranscrit ci-dessous :

« J’ai commandé ma petite boîte et j’ai fait mon prélèvement de salive et je l’ai renvoyé au laboratoire américain FamilyTreeDNA qui allait donc me dire s’il y avait un match ou pas.
J’ai attendu impatiemment le résultat dans ma boîte email, et puis il n’y avait absolument rien, je ne retrouvais que des cousins/cousines du 5ème degré.

Trois ans se passe sans rien et j’oublie de regarder ma boîte email. Les recherches me semblent trop longues : je risque de passer à coté de ma vie pour rechercher le début de ma vie.

Un jour, par hasard, je consulte ma boîte email que je ne regarde plus et je vois que pile à ce moment la, je viens de recevoir un email me disant: Match. Alors match, je ne sais même pas vraiment ce que ça veut dire, je vais regarder comme ça au cas ou. Et je vois que c’est écrit en anglais : Frère. Et puis je vois une photo, de quelqu’un qui me ressemble vraiment… pas mal. Et je suis complètement excitée : je viens de trouver un frère !

J’envoie un message mais je me rend compte que la personne vient en même temps de m’envoyer un message. Et c’est complètement dingue. J’envoi des MMS à tout le monde pour montrer la photo de mon frère. Et même à mon père, c’est l’un des premiers à qui je dis « Regarde c’est mon frère ».

Et puis mon frère me dit « attends… il y en a un autre ». Donc on est 3 actuellement, donc ça voudrait dire que ta mère aussi a eu des relations avec le père de notre autre frère.
Et je leur dis : Non, non non vous n’y êtes pas du tout en fait ! On est né par don ! Ils ont cru que c’était de l’infidélité alors que ce n’est pas du tout ça. Chacun de leur côté ils ne connaissaient pas leur histoire. La photo de mon autre frère arrive et c’est presque mon jumeau. Là vraiment, ce sont mes clones. C’est vraiment mon miroir…

Ils me racontent leurs jeunesse et c’est incroyable. On a eu, à des centaines de kilomètres, une enfance a peu près similaire. On aimait les mêmes sports, on adorait l’eau de la même manière. Mes frères ont fait le même métier que moi, du droit comme moi et pour les mêmes raisons que moi.
Et il y a un lien fort : je les aime alors que pourtant ce sont des inconnus. Et j’ai vraiment envie de les rencontrer et les connaître parce que ça me permet de reconstituer le puzzle.

Pour moi c’est un grand bouleversement. C’est aussi un bouleversement parce que je suis enceinte de mon quatrième enfant…
On se donne rendez-vous et je vois l’un de mes frères. Nous pleurons et il me prend dans les bras. J’ai rencontré sa femme, ses enfants et sa mère. Sa mère en me voyant, met la main devant sa bouche, et dis : Oh on dirait ma fille!
Cela fait comme une énorme famille, même si je n’ai rien de génétique avec sa maman.

Il y en aussi un quatrième mais qui ne s’est jamais reconnecté sur le site. Je pense qu’on est vraiment hyper-nombreux.

J’avais l’impression de ne pas me connaître et maintenant je me connais un peu mieux.